• Chants thèmes (chant th " Village..Pays"ou Vérité)

    Bernard Lavilliers- Paris la grise

    Charles Trenet- DANS LES RUES DE QUEBEC - Douce France- La Romance De Paris

    Claude Nougaro-Toulouse♪ Harlem ♪

    Catherine Le Forestier-Le pays de ton corps

    Francis Cabrel- African Tour

    François BERANGER-Tranche De Vie

    Fréderic BATAILLE-Connais-tu mon beau village

    Félix Leclerc- LE TOUR DE L'ÎLE'

     Georges BRASSENS- La ballade des gens qui sont nés quelque part- Carcassonne- La mauvaise réputation-Montélimar- Supplique Pour être Enterré Sur Une Plage De Sète-

    Georges Moustaki- Alexandrie

    Gilles Vigneault- Mon Pays - Gens du pays

    Guy Béart- Si La France- ♪ A Amsterdam ♪- Ah! Qu'il était Beau Mon Village

    Henri Tachan- Un Village

    Jacques Brel-LE PLAT PAYS- Amsterdam- Les Marquises et "The Marquesas"- Vesoul

    Jean Moiziard ( gens de Paimpol )

    Lucien Boyer -Paris... encore Paris !

    Maxime Le Forestier- San Francisco

    -Michel Bühler- le pays qui dort

    Michel Delpech -Le Loir et Cher

    Morice BeninOde à La Ville  

    Nino-ferrer/paroles- Le Sud

    Pierre Perret- Ma France à moi

     

    La Vérité

     FRANÇOIS BÉRANGER- Magouille blues

    Georges BRASSENS- Histoire de faussaireLe Temps Passe

    Guy Béart- -"La Vérité"-

    Henri Tachan- la chanson bien douce 

    Lomepal -La vérité - 

    Pierre Perret- Amour liberté vérité

     

  •                                               Pierre Perret

    Ce matin ma plume est alerte
    Elle redore le blason des mots
    Un peu usés galvaudés certes
    Mais qui ont pas dit leur dernier mot
    Elle va sublimer les mots libres
    La subversion et l'irrespect
    Contester ma morale des livres
    Innocenter les mots suspects

    REFRAIN:
    Amour liberté vérité
    Il faudra choisir
    Amour liberté vérité
    Plutôt qu'obéir

    Ce matin ma plume est au centre
    En plein dans le coeur du sujet
    La folle se frotte le ventre
    Aux quadrillés d'un premier jet
    Réhabilitant la mâtine
    Les mots traqués qui en ont bavé
    Qu'elle va quérir dans les épines
    Voire même sous quelque pavé

    REFRAIN

    Elle va livrer sans rectitude
    Ses solécismes en un bagout
    Que d'aucuns trouvent d'habitude
    Tout persillé de mauvais goût
    Certes le goût des dithyrambes
    Qu'un futur académicien
    Accompagne de ronds de jambe
    N'a rien à voir avec le mien

    REFRAIN

    Léautaud chrétien détestable
    Confiait en ricanant tout bas
    Qu'avant tout une chose convenable
    C'est bien sûr celle qui ne convient pas
    Que notre première patrie sur terre
    Mes chers ministres c'est la vie
    Je vous dis ça avant qu'y ait une guerre
    Et que vous ne soyez dans vos abris

    REFRAIN

    Sacrifice et patriotisme
    Gloire et honneurs fumisteries
    Ces mots ne sont que des sophismes
    Qui envoient les hommes à la boucherie
    Aujourd'hui ironie suprême
    Hiroshima boit du Coca
    Les français et les allemands s'aiment
    Le commerce a repris ses droits

    Amour liberté vérité
    Il faudra choisir
    Amour liberté vérité
    Ça ne veut plus rien dire


    votre commentaire
  •                                                           FRANÇOIS BÉRANGER

    Tous les sept ans et même parfois avant
    On a droit au grand carnaval
    Au carnaval de la magouille
    Au grand défilé des embrouilles
    C'est tellement bidonnant
    Que ça en devient consternant

     


    Le candidat de l'Ordre Moral
    Avec sa gueule à faire châtrer tous les mâles
    Il nous parle sans rigoler
    De vieilles vertus desséchées
    Travail, Famille, Patrie, ça va changer
    Le Père la pudeur va nous réformer
    Il nous dit dans son programme d'acier
    Que les mâles doivent se retirer
    Lui, il a quand même dérapé
    Trois ou quatre fois dans sa moitié
    Il est vrai qu' c'était pour engendrer
    Des bons Français à l'âme bien trempée

    Magouille blues

    Les autres grands qui s'opposent
    Viennent tous du même clan
    Et c'est d'autant plus marrant
    De les voir se casser les dents
    En s'envoyant dans le nez
    Toutes leurs turpitudes passées
    Avant qu' l'un d'eux soit Président
    Avant qu'il en prenne pour sept ans
    Ces messieurs à image sociale
    Essaient de nous r'monter le moral
    Ils iraient même, qui l'aurait crû,
    Jusqu'à nous montrer leur cul

    Magouille blues

    Ils n'ont jamais autant de cœur
    Que quand il leur faut beaucoup d'électeurs
    Quand le jour J sera passé
    Finis les serments, finis les baisers
    Finies les bonnes résolutions
    On r'deviendra tous des pauv' cons
    En attendant, ils veulent nous faire croire à
    Des arguments de bazar
    Français, Françaises, soyez réalistes
    Gaffe aux socialo-communistes
    C'est là qu'est le plus grand danger
    Pour notre vieux pays traumatisé

    Magouille blues

    Moi, pour vous dire la vérité
    Je suis plutôt pour le danger
    La seule chose qui m'inquiète
    C'est le mec qui s' trouve à leur tête
    Car plusieurs fois par le passé
    Il a sa veste retournée
    Les seuls qui soient vraiment sympa
    Qui soient un peu comme vous et moi
    Je n' parle pas du royaliste
    Ni bien entendu du fasciste
    C'est ceux qu'auront au bout du compte
    Deux ou trois pour cent des voix, pourquoi ?

    Magouille blues

    Il est vrai que deux ou trois pour cent
    Ça fait quand même pas mal de gens
    Pas mal de gens qui s'ront fichés
    Et qui un jour vont s' retrouver
    Dans un stade militairement gardé
    Où on pourra toujours chanter

    Magouille blues


    votre commentaire
  •                                                           Henri Tachan

    Ecoutez la chanson bien douce
    Qui ne pleure que pour vous plaire.
    Elle est discrète, elle est légère :
    Un frisson d’eau sur de la mousse !

    La voix vous fut connue et chère                                                                              Mais à présent, elle est voilée,                                                                                  Comme une veuve désolée.                                                                              Pourtant, elle est encore fière...


    Ecoutez la chanson bien douce
    Qui ne pleure que pour vous plaire.
    Elle est discrète, elle est légère :
    Un frisson d’eau sur de la mousse !

    Et dans les longs plis de son voile
    Qui palpite aux brises d’automne,
    Cache et montre au coeur qui s’étonne
    La vérité comme une étoile.

    Elle dit, la voix reconnue,
    Que la bonté c’est notre vie,
    Que de la haine et de l’envie,
    Rien ne reste, la mort venue.

    Elle parle aussi de la gloire
    D’être simple sans plus attendre
    Et de noces d’or et du tendre
    Bonheur d’une paix sans victoire.

    Accueillez la voix qui persiste
    Dans son naïf épithalame.
    Allez, rien n’est meilleur à l’âme
    Que de faire une âme moins triste !

    Elle est en peine et de passage,
    L’âme qui souffre sans colère,
    Et comme sa morale est claire !...
    Ecoutez la chanson bien sage.

                                                        paroles - VERLAINE


    votre commentaire
  •                                  Nougaro

    Chanter dans l' noir
    Pour ne pas avoir peur
    Cruel dilemme
    Pour un homme de couleur
    Dans tes rues Harlem,
    J'entends des sirènes de police
    Je préfère tes sirènes,
    Celles qui ont la peau lisse
    Harlem, Harlem, j'ai peur!

    J'ai peur, Harlem,
    Au milieu de ta nuit
    Je sens l'haleine
    D'un couteau qui me suit
    Quand je me retourne,
    Des millions d'étoiles devant moi
    Ruissellent sur les toits
    De neige et de suie
    Harlem, chéri

    Toi, la crèche
    Où le petit crépu est né
    Toi, la dèche,
    Mille fois surmontée
    Par un swing de velours
    Dans un tempo d'acier
    Harlem pacifié,
    Macrocifié

    Tiens, v'la Mingus,
    J' croyais qu'il était mort
    L'olibrius a toujours du ressort
    Devant moi il passe
    A moitié râteau de la rascasse
    A moitié prote avion
    Hérissé de rayons
    Cactus
    Mingus

    Un vent glacial
    Fait du base-ball avec le journal
    Un génie grève
    Mais voici le plus beau
    Le tambour sous terre
    Fait craquer son tombeau
    J'ai froid, j'ai chaud
    Harlem!

    Chanter dans l' noir
    Pour ne pas avoir peur
    Unique espoir
    Pour un homme de couleur
    Soudain le miracle
    Alors que je n'ai bu que le l'eau
    J'aperçois Apollon qui sort de l'Appolo
    Harlem, de neige et de suie
    Harlem, j' te suis!

     


    votre commentaire
  •                                               Brassens

    Dans les comptes d'apothicaire
    Vingt ans, c'est un' somm' de bonheur
    Mes vingt ans sont morts à la guerre
    De l'autr' côté du champ d'honneur
    Si j'connus un temps de chien, certes
    C'est bien le temps de mes vingt ans 
    Cependant, je pleure sa perte 
    Il est mort, c'était le bon temps


    Il est toujours joli, le temps passé
    Un' fois qu'ils ont cassé leur pipe
    On pardonne à tous ceux qui nous ont offensés
    Les morts sont tous des braves types

    Dans ta petit' mémoire de lièvre                                                                                                  Bécassine, il t'est souvenu

    De notre amour du coin des lèvres
    Amour nul et non avenu
    Amour d'un sou qui n'allait, certes                                                                                               Guèr' plus loin que le bout d'son lit

    Cependant, nous pleurons sa perte
    Il est mort, il est embelli

    Il est toujours joli, le temps passé
    Un' fois qu'ils ont cassé leur pipe
    On pardonne à tous ceux qui nous ont offensés
    Les morts sont tous des braves types

    J'ai mis ma tenue la plus sombre
    Et mon masque d'enterrement
    Pour conduire au royaum' des ombres
    Un paquet de vieux ossements
    La terr' n'a jamais produit, certes
      
    De canaille plus consommée
    Cependant, nous pleurons sa perte
    Elle est morte, elle est embaumée

    Il est toujours joli, le temps passé
    Un' fois qu'ils ont cassé leur pipe
    On pardonne à tous ceux qui nous ont offensés
    Les morts sont tous des braves types

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique